LES IMMANQUABLES·MUSIQUE

Les Immanquables d’Octobre

Découvrez mes immanquables d’Octobre ! 

Oui oui, je sais, on est le premier novembre et mes Immanquables d’Octobre ne sortent qu’aujourd’hui, c’est inadmissible ! Pardonnez mon retard, j’ai entrepris une formation la semaine dernière qui me prend toutes mes journées, et je l’avoue, dès que je rentre, je n’ai pas spécialement la tête à écrire des romans. Mais comme je tiens absolument à vous partager mes écoutes automnales, voici ma petite sélection aux influences plutôt variés. Enjoy !

Heaven Upside Down – Marilyn Manson (sortie le 6 Octobre)

Successeur de The Pale Emperor (2015), Heaven Upside Down est le dixième album studio de Marilyn Manson. Autant attendu par la critique que par les fans, cet effort ne m’a pas déçu puisque j’espérais à la fois des morceaux dans la continuité de The Pale Emperor et un retour à ce que produisait le chanteur il y a quelques années.

De « Revelation 12 » à « We Know Where You Fucking Live » – premier single -, j’ai été ravie de retrouver les basses proéminentes et les beats déchaînés de la batterie que j’apprécie tant chez Manson. Quant à des titres comme « Tattoed In Reverse« , « Saturnalia » ou le second single « Say 10« , ils s’inscrivent pleinement dans la lignée de The Pale Emperor. En parlant de « Say 10« , je voudrais vous parler un peu du clip qui est tout aussi intéressant que le morceau en lui-même puisqu’il renoue complètement avec l’esthétisme de Manson en nous enfermant dans une sorte de purgatoire où la tentation est de mise. Petit plus pour l’apparition de son ami de longue date, Johnny Depp, qui, en plus de faire de fréquentes apparitions sur scène avec le chanteur avait déjà posé sa guitare sur la reprise de « You’re so Vain » présente sur Born Vilain (2012). Mention spéciale pour « Say 10« , « KIIL4ME » et « Saturnalia » qui reste mes coups de coeur !

Si l’envie vous prend d’assister à l’un de ses concerts français, Marilyn Manson se produira le 27 novembre à l’Accorhotels Arena de Paris et le 1er décembre au Zénith de Nancy.

As You Were – Liam Gallagher (sortie le 6 Octobre)

Après deux albums sous le nom de Beady Eye – groupe formé avec ses compères d’Oasis et excluant son frangin -, le mancunien Liam Gallagher se lance enfin dans une carrière solo. Et si j’avais été quelque peu déçu par Beady Eye, je dois admette qu’ As You Were est une véritable réussite qui mérite amplement qu’on y tende une oreille.

Les fans d’Oasis devraient d’ailleurs être ravis tant certains titres m’ont fait penser à quelques unes de leurs productions. Cet album est également truffé d’influences et regorge de solo de guitare comme je sais tant les apprécier qui font d’ As You Were l’un de mes coups de coeur de ce mois. Reste à savoir maintenant comment évolueront ces titres en live !

 

Love Letters from Eylenda – Indolore (27  Octobre)

Enregistré dans les studios de Sigur Rós à Reykjavik (Islande), Love Letters from Eylenda m’a conquis d’entrée de jeu par son charme et son enregistrement sans fioritures. Je n’ai eu qu’à fermer les yeux pour me laisser porter vers un ailleurs apaisant ou piano et arpèges de guitare déclenchent des émois à chaque morceau tandis que la douce voix de Guillaume – nom de l’homme derrière Indolore – prolonge le voyage.  Un titre en français, « Dans Les Landes » se cache même parmi ces sept titres.

Après écoute, j’admet même sans complexe combien certains titres m’ont fait penser aux premiers Coldplay. Je vous le conseille donc si vous êtes en quête de détente et d’un voyage musical sans retours.

 

Almost True – The Strypes (27 Octobre)

Je termine ces immanquables avec le quatuor irlandais The Strypes, que j’ai découvert il y a quelques années grâce à ma coloc lorsque nous écrivions toutes les deux pour Sound of Britain. Pour le coup, je recommande plutôt cet EP joliment intitulé Almost True à tous les amoureux de rock et surtout de celui produit dans les sixties.

De « Heavenly Soul » à « Freckle and Burn » en passant par « Summertime Blues » – en version live -, je n’ai cessé d’avoir envie de me déhancher au rythme effréné des guitares et de la batterie. En l’écoutant, vous découvrirez également un EP à la fois encré dans les sixties que dans la modernité puisque je compte leurs influences entre The Rolling Stones et les Arctic Monkeys.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s